Accueil> … > Chemin de la mémoire du GiffreClos Cheneval-Coin Pension

Chemin de la mémoire du Giffre

L’histoire de la Résistance haut-savoyarde ne se résume pas aux douloureux souvenirs du plateau des Glières. À Marignier, comme dans bien d’autres villages, des hommes et des femmes ont œuvré dans l’ombre pour la Libération de la France. Discrets soutiens ou maquisards héroïques, les sept bornes de ce chemin de la mémoire réalisé par une classe de 3e du collège Camille Claudel (promotion 2016) rappellent leur histoire et leur rendent hommage.

Borne 2 : La pension « Chez la mère Anthoine »

Des femmes en résistance

Pension "Chez nous" de LuluPendant la seconde guerre mondiale, la pension « Chez la mère Anthoine » située derrière la gare servait de "boîte aux lettres" à la Résistance locale. Les jeunes fuyant le STO y était également accueillis avant d’être envoyés vers les différents maquis des environs. Cette pension était tenue par Marcelle Briffaz. Ses filles, Nancy et Lucienne,  jouaient un rôle relativement important dans la région puisqu’elles étaient agents de liaison et parcouraient la vallée à bicyclette pour transmettre des messages.Photo d'Edith Thomas 

Résister par l’art et la littérature : Édith Thomas

Découvrez cette écrivain et journaliste agent de liaison, ainsi que la revue littéraire résistante Les Lettres françaises à laquelle elle a contribué et son poème « Lève-toi et marche ».